Œuvres choisies de Saint-Évremond: précédées d'une étude sur la vie et les ouvrages de l'auteur, discours qui a obtenu le prix d'éloquence décerné par l'Académie française dans sa séance du 20 décembre 1866

Front Cover
Garnier frères, 1867 - French drama - 467 pages
 

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 299 - J'ai cru jusques ici que l'amour était une passion trop chargée de faiblesse, pour être la dominante dans une pièce héroïque : j'aime qu'elle y serve d'ornement, et non pas de corps ; et que les grandes âmes ne la laissent agir qu'autant qu'elle est compatible avec de plus nobles impressions. Nos doucereux et nos enjoués sont de contraire avis, mais vous vous déclarez du mien.
Page 444 - Anglois , de ce qu'ils vous retiennent si longtemps. Je suis d'avis qu'ils vous rendent à la France avant la fin de l'automne , et qu'en échange nous leur donnions deux ou trois îles dans l'Océan.
Page 458 - Quiconque l'affectera , je lui donnerai la palme du ridicule. Rien ne m'engage à faire un livre, Mais la raison m'oblige à vivre En sage citoyen de ce vaste univers : Citoyen qui , voyant un monde si divers , Rend à son auteur les hommages Que méritent de tels ouvrages.
Page 56 - Fabula si dubitem, clament periisse pudorem 80 Cuncti paene patres, ea cum reprehendere coner Quae gravis Aesopus, quae doctus Roscius egit : Vel quia nil rectum, nisi quod placuit sibi, ducunt, Vel quia turpe putant parere minoribus, et quae Imberbes didicere, senes perdenda fateri.
Page 107 - Un mélange incertain d'esprit et de matière, Nous fait vivre avec trop ou trop peu de lumière, Pour savoir justement et nos biens et nos maux. Change l'état douteux dans lequel tu nous ranges, Nature ! élève-nous à la clarté des anges, Ou nous abaisse au sens des simples animaux.
Page 291 - Je m'imaginais en Porus une grandeur d'âme qui nous fût plus étrangère; le héros des Indes devait avoir un caractère différent de celui des nôtres. Un autre ciel, pour ainsi parler, un autre soleil, une autre terre, y produisent d'autres animaux et d'autres fruits; les hommes y paraissent tout autres par la différence des visages, et plus encore, si je l'ose dire, par une diversité de raison; une morale, une sagesse singulière à la région y semble régner, et conduire d'autres esprits,...
Page 353 - ... dans les sujets, et non pas former la constitution des sujets après celle des caractères ; que nos actions devaient précéder nos qualités et nos humeurs ; qu'il fallait remettre à la philosophie de nous faire connaître ce que sont les hommes, et à la comédie de nous faire voir ce qu'ils font, et qu'enfin ce n'est pas tant la nature humaine qu'il faut expliquer, que la condition humaine qu'il faut représenter sur le théâtre.
Page 144 - Le génie seul, sans art, est comme un torrent qui se précipite avec impétuosité. La science, sans naturel, ressemble à ces campagnes sèches et arides, qui sont désagréables à la vue. Or, messieurs, il est question de concilier ce que vous avez divisé mal à propos; de rétablir l'union où vous avez jeté le divorce. La science n'est autre chose qu'une parfaite connaissance; l'art n'est rien qu'une règle qui conduit le naturel.
Page 459 - N'occupe notre esprit et nos yeux qu'en passant. Le chemin du coeur est glissant ; Sage Saint-Evremond , le mieux est de m'en taire, Et surtout n'être plus chroniqueur de Cythère, Logeant dans mes vers les Chloris, Quand on les chasse de Paris. On va faire embarquer ces belles ; Elles s'en vont peupler l'Amérique d'amours* : Que maint auteur puisse avec elles Passer la ligne pour toujours!
Page 306 - ... l'ancienne, par la superstition et par la terreur. Et dans la vérité, il n'ya point de passion qui nous excite plus à quelque chose de noble et de généreux qu'un honnête amour.

Bibliographic information